Beaucoup de projets immobiliers démesurés sont envisagés ou en cours dans notre commune de tous les côtés en même temps (Benelmat et alentours de la gare, Bétons Lemaire, Ottignies centre, l’Esplanade….). Les citoyens réagissent vivement avec des réclamations de plus en plus pointues aux enquêtes publiques, poussent le Collège à organiser une consultation populaire sur le projet d’extension de l’Esplanade, mais rien ne change, on enchaîne promotion après promotion et on continue à construire la ville sans l’accord des habitants, tel un bulldozer sans frein…

Nous voudrions renverser la vapeur mais, aujourd’hui dans l’opposition, nous n’avons pas beaucoup d’autres moyens que ceux des citoyens…

**En matière d’aménagement du territoire, nous avons maintes fois répété notre souhait d’une urbanisation modérée et progressive, notre volonté de conserver la spécificité de notre ville à la campagne couplée d’un site universitaire et du premier parc scientifique de Belgique. Nous ne sommes pas les faubourgs de Bruxelles et ne voulons pas le devenir, même si certains voudraient le faire croire. Nous continuerons à défendre énergiquement cette position et continuerons à réagir sur  tout projet d’importance.

**Concernant le développement économique, notre groupe OLLN2.0 est bien entendu en faveur de celui-ci mais également de manière contenue et  en fonction des besoins avérés de notre commune et de ses habitants.

En tant que groupe de l’opposition, nous avons réclamé un schéma communal de développement commercial pour l’ensemble du territoire communal  mais, le Collège s’est contenté d’une étude de gestion urbaine et commerciale localisée uniquement à LLN.  Pour nous, c’est regrettable….

*Le dossier de l’extension de l’Esplanade, nous a bien occupés ces dernières semaines. Après que le Collège (ECOLO/ CDH/PS) ait délivré le permis socio économique en 2014, à l’unanimité et sans aucune consultation ou publicité préalables, le Bourgmestre a déclaré en séance du conseil communal du 20.06.17 que pour le projet d’extension c’était non en précisant que la responsabilité était sur les épaules du promoteur ( ?) et que ce dernier allait réfléchir jusqu’à l’automne.

Plusieurs mandataires de la majorité se sont engagés publiquement à respecter les résultats de la consultation populaire. Mais quant aux moyens, aucune information n’a circulé et rien ne semble bouger du côté du Collège…..

*Concernant l’aménagement du centre d’Ottignies, le rapport d’incidences est en cours de réalisation et nous avons demandé à ce que l’aspect « mobilité » soit expressément ajouté dans le cahier de charges. Pour nous, il est clair qu’il faut une localisation adéquate des activités par rapport aux lieux de vie et aux infrastructures de communication et que la réflexion doit s’engager dès maintenant.

Nous sommes attachés à la dimension humaine du centre d’Ottignies et nous souhaitons la conserver en respectant le bâti existant et en créant des liaisons piétonnes en lien avec des stationnements proches et accessibles.

Dans notre vision, le lien entre la place du centre, le Douaire et les rues adjacentes jusqu’à la porte de Mousty est essentiel. C’est pourquoi, nous pensons qu’un cordon commercial doit être créé entre Ottignies et Court-Saint-Etienne afin d’étendre le commerce de proximité et de diminuer les déplacements en voiture. Les aménagements projetés doivent être porteurs d’une nouvelle dynamique dans le centre, avec des espaces de détente et de convivialité et des espaces publics de qualité.

Pour pouvoir imaginer notre futur centre-ville, il faudrait commencer par fixer l’emplacement idéal d’une vraie place communale.

Point de mire indispensable au développement du centre, nous pourrions déjà y réfléchir et lancer une réflexion citoyenne avant de modifier quoi que ce soit et de délivrer le premier permis.

L’échange d’idées nous tient à cœur mais, êtes-vous prêts à y réfléchir dès maintenant avec nous ??

Si oui, faites-nous part de vos suggestions en réagissant sur notre site olln2.0.

En vous remerciant ….

Bénédicte KAISIN, conseillère communale et cheffe de file au conseil communal.